Raymond Loizeaux SAMU Périgueux

Casques et motos fluo pour le SAMU à Périgueux

Le monde de la moto connait bien Raymond LOIZEAUX et l’associe depuis toujours au Paris Dakar historique , à BMW et à ses pilotes Hubert AURIOL et Gaston RAHIER. Mais ça, c’était il y a longtemps, aujourd’hui, c’ est à Périgueux qu’on le retrouve, impliqué dans sa nouvelle vie de motard du SAMU, un concept tellement innovant que ceux qui attendent les secours ne pensent pas à leur faire signe de s’arrêter malgré la couleur fluo des motos.


L’expérimentation menée à Périgueux, bien documentée dans l’article de autonewsinfo.com, est couronnée de succès mais ce n’est pas la fin de l’histoire et il y a du chemin encore avant que tous les SAMU de France et d’Europe n’aient totalement adopté cette pratique innovante.
C’est un peu le biais recherché dans cet article de voir les ingrédients qui font qu’une innovation est adoptée et va au bout de son développement.
Dans ce cas, la première expérience a été menée à Paris et n’a pas abouti , un accident de la route ayant précipité sa mise en sommeil. Il faut aussi un peu de chance et un accident dans une phase critique met tout en cause prématurément, le même accident serait-il survenu quelques mois plus tard, il aurait certainement été sans conséquence sur le projet.
La réussite à Périgueux repose peut-être sur un engagement plus fort des parties prenantes, médecins, hôpital, pouvoirs publics, engagement paradoxalement plus facile à mobiliser en régions plutôt qu’à Paris. On voit des expériences pilotes réussir très bien tant qu’elles sont pilotes et moins bien quand elles sont déployées sur tout un territoire.
Une autre clé de la réussite est la valeur ajoutée par le projet, il s’agit des minutes qui transforment une issue fatale en une vie sauvée, c’est quelque chose qui parle à tous et qui a le maximum de valeur. Un tel projet peut compter sur le soutien de tous. Et tous les SAMU seront sollicités à terme par cette attente, explicite ou pas.
Enfin, l’exécution doit être irréprochable, on doit avoir les meilleures motos, en l’occurrence les Honda Goldwing et les BMW dans une association “œcuménique” originale, la meilleure assurance, la meilleure caution pilotage avec une pointure du Dakar, un protocole SAMU réputé performant. Le tout crée un évènement que les médias et les pouvoirs publics font d’autant plus résonner qu’il y a moins de bruit de fond médiatique qui puisse interférer comme il pourrait le faire plus à Paris.
Reste maintenant à déployer le dispositif partout , et à recruter les pilotes, le profil idéal ressemble à un pilote moto taxi, comme moi, ou un un ancien motard de la police ou de la gendarmerie, pour occuper utilement leurs années de jeunes retraités,(un journaliste de Capital me demandait cet été si je connaissais un profil comme celui là à interviewer pour un de ses articles) ou comme Raymond Loizeaux qui cumule les deux expériences avec en plus le tout terrain du Dakar. Encore plus innovant, pourquoi pas des missions commandées par les compagnies d’assistance mandatées par les assurances, porter assistance à des accidentés de la route accessibles seulement en deux roues avant d’être accessibles par des véhicules de secours à 4 roues. Les tronçons d’autoroute dans un rayon de 50 km autour de Paris quelques week-ends dans l’année pourraient être un bon terrain de test comme celui de Périgueux l’a été pour le SAMU.
L’article complet et toutes les photos qui ont inspiré cet article:RAYMOND LOIZEAUX LANCE LA MOTO SAMU AVEC SUCCES A PERIGUEUX