Un drapeau tricolore des gilets jaunes et des motos sur une autoroute déserte

Un drapeau tricolore des gilets jaunes et des motos sur une autoroute déserte [Novembre 2018]

Gilets Jaunes: Taxi-Moto Impossible de rater le sujet « GILETS JAUNES » en ces peu engageants jours de Novembre. Changer de chaine de TV ne sert à rien, il y a du « GILETS JAUNES » partout. Pas facile non plus de l’associer à TAXI-MOTO, on rame un peu mais il y a peut-être un sujet.

 

Alors essayons d’en tirer quelque-chose qui puisse intéresser les lecteurs. En 400 mots pas plus, d’accord?

Carburant bioéthanol ou électrique

Comme les Gilets Jaunes, les taxi-moto pourraient avoir des revendications, ça leur arrive ausi.  Le poste carburant pèse tout de même un peu dans leur comptabilité. La meilleure façon de résoudre ce problème est de remplacer son véhicule souvent pour avoir des machines performantes, et les équiper pour fonctionner en  bioéthanol, le carburant à 75 centimes le litre. Un autre business model possible est l’électrique comme cela se pratique avec les scooters électriques BMW dont la flotte se développe même si elle reste marginale. Une façon rusée de conjuguer économie et écologie.

En plein dans la problématique du moment. Mais jamais vu sur un plateau télé quelqu’un qui évoquait cette solution qui existe dans maintenant bon nombre de station-services. Comme si les gens préfèraient payer leur carburant le double du prix et dire que « c’est la faute à Macron », (en bon fançais mais il y a pire sur les réseaux sociaux).

Des solutions pourtant simples mais qui demandent, c’est vrai, un peu d’engagement et d’esprit de décision. C’est ce qui manque le plus au mouvement des Gilets Jaunes, qui ont l’air fier de leur « beaufitude » crasse quand on leur tend (un peu trop souvent peut-être) un micro et qu’ils savent qu’ils vont passer à la télé. Savoir aussi que mener un mouvement social c’est un métier et qu’on ne s’improvise pas militant syndicaliste, il faut apprendre. Eux savent comment organiser une lutte et organiser la sécurité d’une manifestation. Ce qui manque à tous Gilets Jaunes et syndicalistes (SNCF notamment) c’est du fond, des revendications réelles et sérieuses. « Macron démission » n’est pas une revendication, tous les conseillers en communication diraient ça. Et les partis qui voudraient récupérer les bénéfices  de ce mouvement ont un discours suspect et des accents qui sonnent faux.

Le gouvernement qui gagne tous ses matches (travail, SNCF) devrait encore gagner celui-là, comme le Paris saint-Germain.

Eh oui, il faut bosser pour arriver à quelque chose! Et prendre un taxi moto pour être encore plus performant, essayez, vous verrez, il y a des beaufs aussi, mais ça ne se ressent pas trop.