Immeuble d'habitation à l'architecture RUBIXHOME

Immeuble d’habitation à l’architecture RUBIXHOME

Le RUBIXHOME, un concept architectural nouvelle génération pour l’habitat collectif, présenté en marge de la Biennale de l’Habitat Durable, en avril à Grenoble, ouvre-t-il de nouvelles perspectives vers un habitat innovant? Sans doute peut on y croire, à l’heure où l’on constate un engouement réellement ancré pour le durable, et où les formes géométriques de l’immobilier ne sont plus la ligne droite et le fil à plomb.

En effet les immeubles d’habitat collectif ou même les bâtiments institutionnels sont aujourd’hui harmonieux sans être haussmanniens. A Paris la philharmonie est belle et le Ministère de la défense du quartier de Balard est, lui aussi, harmonieux en étant à l’opposé de la verticalité du fil à plomb et de l’angle droit.

Pour les immeubles d’habitations, les concepts « à tiroirs » avec des balcons et des terrasses en porte à faux, des ouvertures en façade qui peuvent être aussi plaisamment ouvertes et transparentes que obturées et opaques, se multiplient et sont plébiscités par leurs occupants.

A cela plusieurs raisons sans doute, le talent de l’architecte, le choix des couleurs et des matériaux incomparablement plus varié qu’il y a deux ou trois décennies, la technologie pure aussi, les nouveaux bétons, plus performants, plus légers et plus résistants, d’autres éléments comme la contrainte énergie qui oblige à innover , les panneaux photovoltaïques doivent être orientés vers le soleil, ils peuvent aussi être un élément d’architecture s’ils sont placés en pare soleil, par exemple.

De moins en moins d’obstacles donc à des innovations telles que le RUBIXHOME , concept déclinable à l’infini, qu’on pourrait voir comme le meilleur état de l’art pour offrir aux habitants d’abord la meilleure exposition à l’environnement, lumière,végétal, soleil, chaleur, été, mais aussi pluie, neige, vent et hiver…, ensuite la meilleure protection thermique et phonique, tout en ayant en façade nord, comme le pignon sans fenêtre d’un bâtiment à l’ancienne, la technologie, les réseaux, le confort, tout ce qui rassure le cerveau reptilien qui dort lorsqu’il ne craint plus pour ses besoins vitaux. Tout pour que s’épanouissent les cerveaux limbique et cortex, la vie rêvée, quoi.

Pour tous ou le plus grand nombre, de plus en plus en tous cas, pour ces questions économiques essentielles, les pays du sud tels que le Brésil qui dépasse depuis toujours le concept RUBIXHOME avec un habitat intérieur/ extérieur on ne sait plus, devrait nous inspirer pour ses programmes de logement durable et abordable.

Plus sur le concept RUBIXHOME, c’est dans UP Magazine et c’est ici