Une fois n’est pas coutume, le blog du moto taxi parle … des Motos-Taxis

La Goldwing en plein virage en circuit.

La Goldwing en plein virage en circuit.

Un peu en retard c’était le premier mai , on est le 12, le temps que la réflexion mature quelques jours dans un cerveau qui n’est pas le plus rapide étant celui de la réflexion, pas le reptilien, pour un blog c’est mieux.

Le tract du 1er mai du syndicat UTMP des motos taxis listait 6 points de revendication, sous le titre :” Transporteurs de personnes à titre onéreux en colère. Non aux lois abusives (Décidées par un gouvernement sans aucune concertation des professionnels du métier)”

Je les reproduis, les regroupe si besoin et les commente au fur et à mesure.

1 “Non à la discrimination entre les différents modes de transports”.

Ce n’est pas vraiment une revendication , les modes de transports sont variés, leur processus sont assez différents les uns des autres, les règles sont différentes, le terme discrimination n’est pas vraiment le premier qui vient à l’esprit, une loi discriminatoire serait le fait de traiter de façon différente des choses égales en droit. Si on pense que c’est le cas il faut présenter un recours devant le conseil constitutionnel, l’argumentaire n’est peut-être pas exactement celui-là mais le résultat d’inconstitutionnalité est assez possible malgré tout , la clause de retour au garage serait sans doute retoquée.

2 “Non à la délivrance des cartes professionnelles”

Difficile de défendre une telle revendication, commune à presque toutes les professions , on fait la preuve de son aptitude et on se voit délivrer la carte qui matérialise cette aptitude. Cela parait une démarche tout à fait saine.

3 “Non à la complexité des contrôles de police” (Beaucoup trop de documents à présenter et la durée des contrôles ne devrait pas dépasser 10 minutes.) 3 bis “Non aux réservations obligatoires.”

Sans doute que les procédures pourraient être plus simples et plus rapides, impossible sans doute cependant d’introduire dans un texte la durée maximale de 10 minutes , tout au plus pourrait on s’attendre à ce que des consignes soient données aux forces de police pour que les contrôles soient faits  sur des motos avec le pilote seul, pour ne pas pénaliser le client passager. Sur le fond, les contrôles portent sur le pilote, sur le véhicule, comme tout véhicule sur la voie publique, pas sur le passager c’est heureux (pas sur les passagers non plus en général pour un véhicule contrôlé sur la voie publique le plus souvent) mais surtout en plus sur le point beaucoup plus contestable ( inconstitutionnel?) de la réservation à présenter. Dans quelle autre profession demande t-on au client d’avoir adressé une commande écrite à son prestataire?

4  “Non aux limitations minimales de puissance”

Si le scooter Burgman a une puissance au dessus de la puissance minimale , et il semble que ce soit le cas, on ne peut donner tort au législateur de fixer une limite inférieure qui apporte de la valeur au service client. Le problème de l’électrique pourra se poser effectivement, faisons confiance aux marché pour qu’un scooter électrique émerge et fasse la synthèse de la limite règlementaire et de la valeur client. Il pourrait même être à trois roues, ça le législateur l’a anticipé, bravo.

5 ” Oui au libre choix des clients, oui aux emplacements comme les taxis.”

C’est la bonne conclusion de parler du client. Même si les clients font ce qu’ils veulent , point n’est  besoin de revendiquer là dessus.

Par contre tout faire  pour que le libre choix du client puisse s’exercer, ça oui, et cela passe par un minimum de considération de la part des acteurs impliqués dans l’écosystème  , les motos taxis ne sont pas des parias, de plus en plus de clients font le choix de ce mode de transport innovant et créateur de valeur. Les clients peuvent s’attendre à avoir une signalisation adaptée dans les aérogares et les gares et des emplacements de prise en charge dignes d’une puissance économique européenne au 21 è siècle.

“Oui aux emplacements comme les taxis”

Non, pas comme les taxis qui verront sans doute les emplacements les moins performants supprimés au fil du temps et remplacés, peut-être, par des emplacements Autolib qui rationnalisent mieux l’espace public. Mais que les motos voient des emplacements créés oui, il faut moins de place pour 5 motos que pour une automobile, ça devrait faire réfléchir. Tout simplement que les motos taxis prennent, ni plus ni moins, la place qui leur revient, celle que les clients, qui leur font confiance depuis une bonne dizaine d’années maintenant, leur réservent encore et toujours en 2015 et pour les années qui viennent.